Skip to Content

MUSES & STYLISTES

A LA RENCONTRE DE STEPHANE BODIN

vendredi, février 2nd, 2018

« Le cheveu est un révélateur humain.»

Stéphane Bodin ou l’Art de la coiffure. De Bérénice Béjo à Milla Jovovich en passant par Uma Thurman, ses mains expertes subliment les chevelures de ces actrices de génie.

Ancien danseur, passionné de mode et de tendance, ce coiffeur studio maîtrise le mouvement avec brio, connaît depuis toujours le stress des plateaux, l’exaltation du public, bref sait appréhender ce que ressentent les femmes qu’il coiffe.  C’est d’ailleurs de cette complicité qu’il tire son talent. Ce qui lui plait c’est l’image personnelle, embellir les femmes, « le cheveu est un révélateur humain » comme il aime à le dire.

Cet artiste qui travaille à l’instinct, à l’affect, a commencé ses premiers éditos avec Harper’s Bazaar et l’Officiel, ses premières Fashion week à Paris puis Londres, Milan…

Devenu incontournable au festival de Cannes comme dans les backstages des plus grands défilés, il a pris le temps de nous rencontrer. L’occasion de revenir sur une carrière impressionnante, de voyager loin de la grisaille parisienne au gré de ses sublimes créations.

Retrouvez chaque semaine ses conseils sur son blog: www.updo-blog.fr

Comment êtes-vous tombé dans la coiffure ?

Je suis né au sein d’une famille baignée dans la création : un grand-père premier violon , une arrière grand-mère coiffeuse, , et un père passionné de musique. Le début de la route était tracé…Après une carrière de danseur j’ai renoué en 2003 avec mon amour du cheveu, c’est une matière qui me fascine depuis mon enfance. Très vite, les portes des magazines de mode et des défilés ce sont ouvertent à moi, j’ai commencé mes premiers shootings et mes premières fashion week à Paris et à Londres. Puis Cannes ou j’ai eu la chance de coiffer Isabelle Huppert, Uma Thurman, Naomi Watts, Milla Jovovich…Ces rencontres me mèneront des marches de Cannes, au tapis rouge des Golden Globes en 2014 avec Bérénice Bejo !

La mode, vous en rêviez ?

Pas vraiment, mais au fur et à mesure des opportunités j’ai appris à connaître et apprivoiser ce milieu exigent et très créatif. J’aime l’image, je suis surtout passionné par la photo et l’art visuel en général.

Un tournant dans votre carrière ?

En 2003 quand j’ai quitté les demi-pointes pour la coiffure, tout s’est fait presque comme une évidence car je venais d’un univers artistique, la danse.

Avec la mode je suis aussi dans un métier où l’image occupe la première place, la transition s’est donc faite plutôt naturellement. C’est aussi grâce à de belles rencontres au bon moment, souvent quand on ne s’y attend pas d’ailleurs. Et là, les choses s’enchaînent !

Et puis comme pour la danse, pour les cheveux, c’est le mouvement et la lumière qui priment : les ondulations, les boucles, les crans, les nattes, les couleurs… tout cela n’est pas si éloigné de l’univers mis en place sur scène pour une chorégraphie.

Le travail et les échanges avec les photographes avant les shootings sont à ce titre très inspirants pour moi. Cela a renforcé ma crédibilité et m’a ouvert les portes à l’international. Depuis de nombeuses autres célébrités me font confiance.

La collaboration qui reste gravée dans votre mémoire ?

2 semaines non stop avec Uma Thurman, membre du jury pour le Festival de Cannes, une expérience unique avec une femme extraordinaire ! Chaque matin je prenais un bateau qui me conduisait sur son yatch et je travaillais en paralléle avec sa styliste venue de New York pour peaufiner les looks de jours, ceux des interviews et bien sur des red carpet. Uma Thurman me laissait une grande liberté dans mon travail et m’a rapidement fait confiance. C’était un peu grisant.

Un photographe que vous admirez ?

Serge Lutens, enfant j’étais fasciné par les visuels de beauté qu’il avait realisé en collaboration avec la maison Shiseido. Il a une identité photographique unique.

S’il ne fallait retenir qu’une tendance en 2018 ?

La frange rideau ! J’adore ce retour so 70’s, cette frange un peu longue apporte douceur et style et permet plein de coiffages différents !

Que trouve-t-on toujours dans votre valise ?

Une brosse pneumatique, Rock & Ruddle, un shampoing sec OUAI et la laque végêtale Furterer. Quelques pinces à chignons et des bijoux de cheveux Hair Design Access de mon ami Sylvain Le Hen.

Votre muse ? 

Je n’ai pas vraiment de muse. Mon travail est imprégné par le cinéma et les actrices, particulièrement les références hollywoodiennes des années 30 à 60.

Où trouvez-vous votre inspiration ?

Les livres d’art, la peinture victorienne en particulier, ou encore les images d’archives sur la toile. Je suis aussi un fan du présent, des moments furtifs. Je puise beaucoup dans le quotidien, les gens dans la rue, au restaurant, dans le métro… tout cela m’inspire et fait sens pour moi. J’aime les gens qui osent et me marquent par leur avant-gardisme et leur créativité spontanée. 

Paris, Londres ou New York ?

Paris pour les filles bohème-chic dans un esprit effortless. Londres pour l’exentricité des looks, les filles qui osent les couleurs pop ! New York pour les brushing impeccables des working girls de la 5th Avenue !

Suivez Stéphane Bodin via Facebook, Instagram et retrouvez toutes les informations le concernant sur son site internet.

Crédits photo : Sylvie Castioni.

 

↓

By continuing to use the site, you agree to the use of cookies. more information

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close